Votre peau desquame, est enflammée et gratte ? Comme 13 pour cent des enfants et trois pour cent des adultes, vous souffrez de dermatite atopique. Cette affection cutanée, également appelée eczéma atopique ou encore névrodermite, commence généralement pendant l’enfance et guérit, dans la plupart des cas, spontanément avant la scolarisation. Mais quelles en sont les causes et comment soulager ses symptômes ?

 

Qu’est-ce que la dermatite atopique ?

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire de la peau non infectieuse. Également désignée sous le nom d’eczéma atopique, elle appartient au groupe des formes atopiques, parmi lesquelles on retrouve entre autres les allergies alimentaires, l’asthme et le rhume des foins. Ces pathologies apparaissent souvent simultanément ou de manière successive chez le même sujet. La dermatite atopique évolue par poussées et se déclare généralement dès l’enfance. Elle guérit souvent spontanément au plus tard à la puberté.

 

Quels sont les symptômes de la dermatite atopique ?

Ses symptômes principaux sont les éruptions cutanées. Celles-ci peuvent se manifester sur tout le corps, selon l’âge et l’évolution, mais elles prédominent dans les creux des bras et des genoux ainsi qu’au niveau des mains et du cou. Voici les symptômes typiques de la dermatite atopique :

  • Des inflammations cutanées accompagnées de desquamations et de démangeaisons.
  • Une alternance de phases sans symptôme et de crises aiguës.
  • Des lésions souvent humides, mais une peau très sèche.

 

La dermatite atopique chez les bébés et les enfants

Chez les bébés et les enfants, l’eczéma atopique débute généralement par des squames croûteuses et blanchâtres sur la tête – les croûtes de lait. Ces dernières sont toutefois relativement fréquentes et ne constituent pas à elles seules un signe de dermatite atopique. La maladie se propage en général rapidement à d’autres zones du corps – elle se traduit typiquement par de l’eczéma dans les plis de flexion tels que l’intérieur des genoux, le creux du coude et les poignets. Les zones affectées s’épaississent progressivement et prennent un aspect quadrillé, brunâtre – on parle de lichénification.

 

La dermatite atopique chez l’adulte

Il est relativement rare que ce type de dermatose réapparaisse spontanément chez l’adulte : dans 85 % des cas, la maladie se déclare avant l’âge de cinq ans et guérit spontanément  avant la puberté chez 60 % des sujets. Cependant, si l’eczéma atopique ne disparaît pas de lui-même après l’adolescence, on peut supposer que la maladie durera toute la vie. Chez les adultes, d’autres zones du corps sont souvent affectées : le visage, la poitrine, les épaules et les mains. Comme beaucoup d’adultes et d’enfants ne peuvent pas résister aux démangeaisons, les zones affectées peuvent également être surinfectées par des bactéries, le virus de l’herpès ou des mycoses.

 

Qu’est-ce qui cause la dermatite atopique ?

L’hérédité joue un grand rôle dans l’apparition des maladies atopiques telles que la dermatite atopique, le rhume des foins, l’asthme et les allergies. Généralement, les pathologies de ce type affectent plusieurs membres d’une même famille. La dermatite atopique est due à une interaction très complexe de facteurs. D’abord, il y a une fonction barrière cutanée défaillante : en raison d’une carence en protéines d’origine génétique, la couche superficielle de la peau ne se forme pas correctement, ce qui la rend d’autant plus perméable et vulnérable aux agressions venues de l’extérieur.

Cependant, cette prédisposition génétique ne suffit pas à déclencher une poussée aiguë d’eczéma atopique. Pour cela, d’autres éléments déclencheurs sont nécessaires. Ceux-ci varient énormément d’un sujet à l’autre.

Déclencheurs de la dermatite atopique:

  • La dermatite atopique est souvent associée à une prédisposition à la peau sèche. Tout ce qui dessèche la peau peut également aggraver les symptômes (lavages ou bains trop fréquents ou prolongés).
  • Les personnes qui souffrent de dermatite atopique ont également tendance à être allergiques. Chaque contact avec des aliments, substances, pollens ou animaux allergisants peut provoquer une nouvelle poussée. Les personnes affectées doivent donc absolument être examinées pour déceler d’éventuelles allergies alimentaires afin d’éviter les déclencheurs.
  • Beaucoup de produits détergents, de produits de soin et de crèmes sont trop agressifs pour la peau sensible des sujets souffrant de dermatite atopique. Ils contiennent notamment de l’alcool, des huiles minérales, des parfums et des conservateurs qui dessèchent la peau ou peuvent provoquer des réactions allergiques.
  • L’excès de chaleur ou de froid peut également aggraver les symptômes de la dermatite atopique.
  • De nos jours, une origine psychosomatique de la maladie n’est plus envisagée par les spécialistes. En revanche il est indéniable que le stress et les tensions psychologiques ont un impact négatif sur son évolution.
  • Le film protecteur de la peau des personnes souffrant de dermatite atopique présente un degré de perméabilité trop élevé. Cela permet aux virus, bactéries et champignons de s’introduire d’autant plus facilement et de déclencher des poussées d’eczéma via des infections. Étant donné que les démangeaisons intenses incitent le sujet à se gratter, la peau s’infecte de plus en plus, et un cercle vicieux de symptômes se met en place.
  • Chez certains sujets, la transpiration aggrave les symptômes car elle dessèche la peau.
  • Beaucoup d’entre eux ne tolèrent pas non plus les textiles irritants tels que la laine.
  • L’exercice de certaines professions peut favoriser les poussées d’eczéma atopique, notamment par le contact avec des substances irritantes, ou par des frottements mécaniques dus au port de gants.

 

Diagnostic de la dermatite atopique

Le médecin établit un diagnostic purement clinique – c’est-à-dire en analysant les symptômes et l’évolution de la maladie. En plus des signes typiques comme l’évolution par poussées ainsi que les démangeaisons et les desquamations, la prédisposition à l’eczéma atopique se traduit par d’autres signes, par exemple :

  • les lignes de la paume de la main sont plus prononcées ;
  • les sourcils s’affinent sur les côtés ;
  • la paupière présente un double pli ;
  • coins de la bouche et plis derrière les oreilles fissurés.

 

Quels traitements sont efficaces contre la dermatite atopique ?

Le choix du traitement le plus approprié dépend fortement des cas individuels. Tel médicament sera efficace chez un patient, mais sera sans effet sur un autre. Voilà pourquoi il peut être utile d’essayer différents médicaments et thérapies et de les combiner.

En principe, le traitement est progressif et s’oriente en fonction de l’évolution de la maladie :

 

Stade 1 : peau sèche

Soins de base :

Les patients atteints de dermatite atopique doivent veiller à adopter des soins de la peau appropriés, par exemple en appliquant des lotions neutres qui nourrissent et hydratent la peau. Il est recommandé de recourir à des produits sans savon, au pH neutre pour se laver. Les gels douche et les crèmes sans alcool, sans huiles minérales, sans conservateurs ni parfums sont vivement conseillés. En général il est préférable de n’utiliser que des pommades et des crèmes à l’action hydratante.

 

Évitez les déclencheurs :

Il est nécessaire d’éviter les facteurs identifiés comme déclenchant, favorisant ou aggravant les poussées d’eczéma – par exemple lorsque la dermatite atopique est nettement aggravée par des allergies alimentaires ou certains textiles.

 

Stade 2 : eczéma léger

Respect des mesures du stade 1.

 

  • Comment soulager les démangeaisons :

Les démangeaisons constantes sont un des symptômes les plus pénibles de la dermatite atopique. La prise d’antihistaminiques à l’action anti-allergique, de compresses humides contenant des tanins ou des soins avec du Polidocanol peuvent apporter du soulagement.

 

  • Traitement de l’inflammation :

Les glucocorticostéroïdes (cortisone), appliqués sur la peau au moyen d’une pommade, constituent le traitement le plus couramment employé. Cependant, étant donné qu’ils ont parfois pour effet secondaire d’amincir la peau, ils peuvent être remplacés par des inhibiteurs de la calcineurine. Ces derniers sont souvent mieux adaptés à certaines parties sensibles de l’épiderme.

 

  • Héliothérapie, bains d’air et de soleil :

Les radiations ultraviolettes, tout comme l’eau de mer et l’altitude, ont fait leurs preuves contre la dermatite atopique. Les séjours à la montagne et à la mer ont démontré leur vertu et peuvent atténuer les symptômes. Les patients adultes peuvent également suivre une photothérapie UV chez un dermatologue, parfois en association avec des bains d’eau salée.

 

Stades 3 et 4: symptômes récurrents ou persistants graves

Respect des mesures des stades 1 et 2.

 

Traitement des infections :

La peau irritée de façon chronique est vulnérable aux infections. Les antibiotiques peuvent aider à lutter contre les pathogènes bactériens, les antimycosiques contre les champignons – sous forme de comprimés et/ou de pommades.

 

En plus du traitement glucocorticoïde, il est également possible de prendre des médicaments qui inhibent le système immunitaire, par exemple la ciclosporine A, dans les cas plus graves.