Qu’est-ce qu’une cystite ?

La cystite est une inflammation des voies urinaires souvent associée à de fortes douleurs au moment d’uriner. Malgré les nombreux effets secondaires peu agréables qu’elle engendre, cette infection de la vessie est généralement sans danger. Toutefois, il ne faut pas laisser traîner une cystite trop longtemps car celle-ci peut causer des maladies rénales plus importantes.

 

Qu’est-ce qu’une vessie irritable ?

Également appelée vessie hyperactive, une vessie irritable se traduit par des envies soudaines d’uriner sans pour autant que la vessie ait atteint sa capacité maximale. Les personnes souffrant d’incontinence doivent plus souvent aller aux toilettes et sont également sujettes aux fuites urinaires. Une cystite peut être à l’origine d’une vessie irritable et les personnes qui sont fréquemment touchées par cette infection urinaire courent un risque plus élevé de souffrir d’une vessie hyperactive.

 

Quelles sont les causes d’une cystite ?

En général, les bactéries sont à l’origine de cette infection temporaire de la vessie. Les champignons peuvent également en être la cause, mais ce cas de figure est nettement plus rare.

L'inflammation de la vessie est contagieuse en théorie, mais cette forme d'infection reste toutefois assez rare. Les agents pathogènes – dans la plupart des cas, il s’agit de la bactérie E.coli – se trouvent en général dans les intestins et gagnent directement les voies urinaires basses. La cause de cystite est souvent autre que ce que l'on pourrait penser. Les toilettes publiques sont un foyer d’infection possible. En effet, les bactéries sont partout : sur le bouton de la chasse d’eau, les portes, les robinets… Mais pas uniquement ! Celles-ci pullulent également sur les caddies des supermarchés, les écrans des téléphones portables, les poignées de portes et les interrupteurs.

La cystite interstitielle (syndrome de la vessie douloureuse) est une forme particulière de cystite chronique qui n’est pas due aux bactéries et dont les causes n’ont pas encore été suffisamment examinées.

 

Les cystites : un problème au féminin ?

Les enfants et les femmes sont plus souvent sujets aux infections urinaires que les hommes. Près d’une femme sur deux souffrira au moins une fois dans sa vie d’une cystite alors que les hommes sont en général moins touchés, même si le risque augmente avec l’âge. Ceci est dû au fait que l’urètre féminin est plus court que le canal urinaire masculin et que son orifice externe débouche à proximité de l’anus. Les bactéries peuvent donc plus rapidement gagner la vessie et provoquer une cystite.

L’explication est donc purement anatomique et cette différence se marque également chez les enfants où les filles sont plus fréquemment touchées par les infections urinaires que les garçons.

 

Des symptômes faciles à identifier

Difficile d’ignorer une cystite bien longtemps. Les symptômes typiques d’une infection urinaires se manifestent de façon évidente :

  • envies impérieuses d’uriner ;
  • sensation de brûlure à la miction ;
  • maux de ventre ;
  • urines troubles ;
  • traces de sang dans les urines ;
  • fièvre.

 

Qu’est-ce qui cause une cystite ?

Différents facteurs favorisent une prédisposition plus importante aux infections urinaires :

  • Une immunité affaiblie augmente considérablement le risque de développer une maladie.
  • La grossesse ou la ménopause.
  • Une mauvaise hygiène intime après un passage aux toilettes, surtout lorsqu’on s’essuie d’arrière en avant.
  • Les rapports sexuels, notamment lors d’un changement de partenaire ou de pratiques sexuelles spécifiques telles que le sexe anal.
  • Le diabète.
  • La prise de médicaments facilite également le développement de l’infection.
  • Les problèmes de prostate survenant chez les hommes âgés sont généralement une des causes de la cystite.

 

La différence entre une infection urinaire compliquée et non compliquée

Il existe une forme compliquée et non compliquée de cystite. Une cystite non compliquée est généralement anodine et peut être rapidement soignée. On parlera d’infection compliquée lorsque la cystite touche une personne atteinte de facteurs de risque précis. Dans ce dernier cas, le médecin doit prescrire un traitement plus spécifique et plus intensif au patient. Les facteurs suivants peuvent mener à une infection urinaire compliquée :

  • la grossesse ;
  • le cancer ;
  • les calculs rénaux ;
  • l’insuffisance rénale ;
  • le diabète ;
  • l’adénome de la prostate ;
  • les médicaments qui affaiblissent le système immunitaire.

Les infections urinaires, mais également des variantes et des complications plus graves, touchent davantage les personnes appartenant à un des groupes à risque.

 

Comment diagnostique-t-on une cystite ?

Une sensation de brûlure au moment d’uriner ou une envie pressante d’aller aux toilettes ? Votre médecin va probablement vous demander un échantillon d’urine afin d’examiner le taux de leucocytes (globules blancs) dont la présence en nombre met en évidence une réaction inflammatoire. Le médecin peut également examiner la présence de nitrites grâce à une bandelette urinaire réactive. En effet, l’urine n’est pas censée contenir de nitrite puisqu’il s’agit d’un métabolite qui indique l’existence de germes pathogènes dans les voies urinaires.

 

Vigilance pendant la grossesse

Pendant la grossesse, les femmes courent un risque plus élevé de contracter une cystite. Les chances sont également plus nombreuses que l’infection se propage plus vite vers les reins et cela ouvre la porte à une maladie inflammatoire pelvienne (MIP). Cette infection peut engendrer un accouchement prématuré ou une fausse couche si la cystite n’est pas traitée à temps. Les examens de prévention menés lors d’une grossesse comprennent notamment le dépistage des infections urinaires.

Consultez immédiatement votre gynécologue en cas de cystite lors d’une grossesse.

 

Que faire en cas de cystite aiguë ?

Dans certains cas, plusieurs remèdes de grand-mère permettent de se débarrasser d’une cystite en quelques jours. Toutefois, les symptômes sont parfois si désagréables qu’on cherche à tout prix à soulager la douleur. Plusieurs astuces « maison » permettent en outre d’accélérer la guérison d’une infection urinaire.

 

Remèdes de grand-mère pour soigner une cystite aiguë.

Les antibiotiques, c’est pas votre truc ? Heureusement, il existe quelques remèdes de grand-mère pour traiter une infection urinaire :

  • Une hydratation importante (plusieurs litres par jour) permet d’évacuer les agents pathogènes de la vessie.
  • L’action analgésique de certains thés s’avère idéale pour la vessie et les reins lors du traitement d’une cystite.
  • Le gingembre, mangé ou bu sous forme de thé, permet de lutter contre les bactéries.
  • La canneberge a également un effet antibactérien, tout comme les jus de myrtilles ou d’argousier.
  • La chaleur soulage la douleur et détend l’organisme. Un bain ou une bouillotte d’eau chaude peuvent donc se révéler utiles.
  • Un climat acide est propice aux bactéries. Les aliments alcalinisants permettent de remonter le niveau de pH urinaire afin d’empêcher les agents pathogènes de se loger dans la vessie. Privilégiez les fruits, les légumes et les salades et évitez la viande, le poisson et les oeufs ainsi que tous les aliments acidifiants tels que le lait et les produits à base de blé.
  • Les racines de raifort, le radis et le cresson contiennent de l’huile de moutarde dont l’effet antibactérien n’est plus à prouver. Mangez-en avec du pain, par exemple.
  • Le persil est un remède naturel pour soigner la cystite et favorise l’évacuation des agents pathogènes.

 

Quand faut-il prendre des médicaments ?

En cas d’infection urinaire, il n’est pas toujours nécessaire de prendre des médicaments. Quant à la prise d’antibiotiques, elle doit rester modérée. Dans certains cas, des analgésiques comme l'ibuprofène permettent de soulager considérablement les symptômes.

Si la cystite persiste après trois jours, il est recommandé de consulter un médecin. Si celle-ci n’est pas traitée rapidement, l’infection risque de se propager jusqu’aux reins et d’évoluer en maladie inflammatoire pelvienne (MIP).

La prise de médicaments peut dès lors être recommandée en fonction des agents pathogènes présents dans la vessie. Des antibiotiques, dont les effets sont rapides et efficaces, seront souvent prescrits lorsque le sujet souffre d’une cystite d’origine bactérienne. De manière générale, des antibiotiques à large spectre seront utilisés car ils agissent rapidement contre différents types de bactéries et les symptômes disparaissent souvent après quelques heures. Il est recommandé de poursuivre le traitement médicamenteux jusqu'au bout, même si les symptômes disparaissent, afin d'éviter une récidive.

Si l’infection urinaire réapparaît, les médecins prescrivent alors souvent un traitement antibiotique à dose plus faible. Un antibiotique pris en dose unique suffit souvent à soulager les symptômes d’une cystite légère.

Les traitements à base de plantes constituent également une alternative aux antibiotiques. C’est le cas des préparations contenant de l’huile de moutarde qui ont fait leurs preuves, en particulier lors de cystites récidivantes. L’huile de moutarde permet non seulement de freiner la propagation des bactéries, mais est également efficace pour lutter contre les virus et les champignons.

 

Que faire en cas de cystite chronique ?

Une infection urinaire sera dite chronique lorsqu’elle réapparaît régulièrement, c’est-à-dire plus de trois fois par an. Également appelée cystite récidivante, elle augmente les risques de propagation de l’infection vers les reins, pouvant entraîner une inflammation du bassinet du rein (pyélite).

En cas de cystite chronique, le médecin doit avant tout chercher l’origine de l’infection et tous les facteurs de risque connus doivent être réduits autant que possible.

Des antibiotiques seront souvent prescrits pour traiter ce type de cystite. Il est primordial de respecter les indications posologiques et de ne pas arrêter la prise de médicaments lorsque les symptômes s’atténuent. Les antibiotiques peuvent également être utilisés à titre préventif.

Si vous souffrez d’infections urinaires chroniques, demandez conseil à votre médecin pour renforcer votre immunité.