Farmaline Logo

Les ballonnements font partie des troubles digestifs les plus courants. Ceux-ci sont en général directement liés à nos habitudes alimentaires. Les flatulences, les ballonnements, les brûlures d’estomac, les rots et les crampes d’estomac résultent généralement d’une mauvaise alimentation. Ils ont beau être très désagréables, ils n’en sont pas moins inoffensifs en général. Dans de rares cas, une infection ou une maladie grave peut être à l’origine de troubles digestifs persistants. Découvrez dans notre fiche conseil ce qui cause les ballonnements et comment vous pouvez les atténuer, voire y remédier définitivement.

 

Que sont les ballonnements et comment se manifestent-ils ?

Les ballonnements se traduisent par un excès de gaz dans le tractus gastro-intestinal et s’accompagnent généralement d’une augmentation des émissions rectales de gaz. Si les gaz ne parviennent pas à s’évacuer, ils s’accumulent dans l’intestin. Ce météorisme abdominal est généralement associé à des douleurs ou des crampes.

Les ballonnements s’accompagnent souvent d’autres troubles du tube digestif. Les symptômes typiques sont :

  • abdomen gonflé ;
  • émissions de gaz fréquentes (parfois nauséabondes) ;
  • bruits gastro-intestinaux (gargouillements, borborygmes) ;
  • douleurs abdominales ;
  • crampes abdominales ou crampes d’estomac ;
  • envie accrue de déféquer (souvent sans évacuation intestinale réussie) ;
  • constipation ;
  • nausée ;
  • diarrhée ;
  • émission involontaire de selles.

 

Ballonnements – d’où vient l’air dans l’estomac ?

On ingère toujours un peu d’air en mangeant. Cependant, les gaz responsables des ballonnements proviennent en majeure partie de l’intestin lui-même.

L’intestin est l’organe de la digestion. Le processus digestif entraîne la production de gaz tels que le dioxyde de carbone, le méthane, l’hydrogène et l’azote. Une grande partie des gaz qui se forment lors de la digestion sont évacués par le sang et expirés par les poumons. Cependant, les gaz qui restent dans l’intestin peuvent provoquer des ballonnements s’ils tendent à s’accumuler.

La quantité de gaz produite dans l’estomac pendant la digestion dépend principalement de notre alimentation. Les aliments riches en fibres conduisent souvent à des ballonnements, car les enzymes de l’intestin ne peuvent pas digérer les molécules des fibres. Seuls les micro-organismes de la flore intestinale les dégradent. Comme ces micro-organismes possèdent leur propre métabolisme, la dégradation des fibres s’accompagne de l’émission de gaz. L’odeur plus ou moins nauséabonde des émissions de gaz est déterminée par la composition de ces gaz.

Dans la majorité des cas, les ballonnements sont donc directement liés à l’alimentation. Ainsi il est conseillé aux personnes qui souffrent fréquemment de ballonnements de renoncer à certains produits en particulier pour s’attaquer à la racine du problème et faire disparaître les symptômes par une modification de leur régime alimentaire.

 

Quelles sont les causes les plus courantes de ballonnements ?

Les ballonnements peuvent être la conséquence d’une trop grande ingestion d’air. Cependant, c’est très rarement le cas. Les ballonnements dus à l’air avalé en mangeant sont plus fréquents tout en restant relativement rares. Les boissons gazeuses froides sont en tête de liste. Si l’air n’est pas évacué par un rot ou une flatulence, cela peut donner lieu à des ballonnements. C’est particulièrement le cas lorsqu’on avale une boisson mal ou trop rapidement. Le rot chez le bébé est lié à une déglutition d’air pendant l’allaitement. Le rot d’après repas chez le bébé est lié à la déglutition d’air pendant l’allaitement, laquelle pourrait entraîner des ballonnements si ce renvoi n’avait pas lieu.

Toutefois, la plupart du temps, les ballonnements sont le résultat de réactions chimiques dans l’organisme qui conduisent à la formation de gaz. Celles-ci sont provoquées par le processus digestif lui-même ou par certaines interactions, par exemple avec des médicaments (par ex. des antibiotiques).

Les tensions psychologiques, le stress et l’agitation peuvent également provoquer ou favoriser les ballonnements. Enfin, les maladies graves telles qu’un côlon irritable ou une gastrite peuvent également être à l’origine de ballonnements.

 

Quels aliments favorisent les ballonnements ?

Une alimentation riche en fibres est bonne pour la santé et facilite la digestion. Elle stimule l’activité intestinale et a donc un effet positif sur l’organisme. Cependant, certains aliments contribuent davantage à la formation de gaz que d’autres.

L’organisme doit donc s’habituer à consommer des fibres pour éviter les ballonnements.

Si vous avez des problèmes digestifs, nous vous recommandons donc d’augmenter progressivement la proportion d’aliments riches en fibres dans votre alimentation. Certains aliments peuvent provoquer des ballonnements même en petites quantités. Ceux-ci doivent être évités dans la mesure du possible.

Les aliments suivants peuvent provoquer des ballonnements :

  • légumineuses ;
  • muesli, pain complet et plats à base de levure ;
  • choux et variétés de choux ;
  • lait entier et yaourt ;
  • fruits verts, fruits à noyau et agrumes ;
  • plats gras ;
  • sucre ou produits de substitution du sucre ;
  • boissons gazeuses froides.

Le renoncement à certains de ces aliments permettra d’identifier les causes des ballonnements.

La consommation ciblée d’aliments riche en fibres en quantités limitées aidera l’organisme à adapter progressivement la digestion, de façon à prévenir les ballonnements et à favoriser le transit.

 

 

Intolérances alimentaires à l’origine des ballonnements

Les intolérances alimentaires, lorsqu’elles sont connues, méritent une attention toute particulière. En effet, l’intolérance au lactose et l’intolérance au gluten sont susceptibles de provoquer des ballonnements fréquents et graves. Il en va de même pour l’intolérance au sorbitol. Il convient de renoncer aux produits qui contiennent ces substances. En outre, il est recommandé de consulter un médecin pour déterminer d’éventuelles allergies alimentaires. En effet, ce n’est qu’après l’établissement d’un diagnostic précis qu’il sera possible de mettre au point un régime nutritionnel individualisé compensant l’absence de certains produits par d’autres aliments ou des compléments alimentaires et permettant d’éviter les carences.

 

Ballonnements pendant la grossesse

Les ballonnements sont particulièrement fréquents pendant la grossesse. Même les femmes qui ne sont pas habituellement affectées par les ballonnements ne sont pas à l’abri. Cela est dû d’une part aux fluctuations hormonales et aux changements métaboliques. Deuxièmement, la croissance de l’embryon exerce une pression sur l’intestin. Celui-ci est comprimé et son volume se contracte. Enfin, beaucoup de femmes enceintes se nourrissent plus sainement et ingèrent beaucoup plus d’aliments riches en fibres qu’à l’ordinaire.

Une augmentation des ballonnements pendant la grossesse n’a rien d’alarmant, mais est au contraire tout à fait normale. Voici néanmoins ce que vous pouvez faire pour les prévenir ou soulager les symptômes :

  • Alimentez-vous plus souvent mais en quantités réduites.
  • Mangez vos aliments lentement et mastiquez consciencieusement.
  • Faites suffisamment d’exercice.

 

Éviter le stress aide aussi à réduire les ballonnements. Massez-vous le ventre ou prenez un bain chaud pour vous relaxer.

 

Ballonnements chez le nourrisson – comment soulager votre bébé

Que votre bébé soit allaité au sein ou au biberon, il est généralement difficile de l’empêcher d’avaler de l’air pendant l’allaitement. Cela est dû en partie au fort réflexe de succion qui permet au bébé de se nourrir. Toutefois, les bébés sont souvent agités et énervés pendant l’allaitement, ce qui peut aussi entraîner une déglutition d’air accrue.

Si le bébé n’arrive pas à expulser l’air par un rot, cela donnera lieu à des ballonnements. Les ballonnements sont fréquents chez les nourrissons et n’ont rien de préoccupant. Toutefois, ils sont généralement douloureux, et il est donc conseillé aux parents d’aider les enfants à faire leur rot.

Le rot sera grandement facilité si vous tenez votre bébé dans les positions suivantes :

  • Prenez bébé dans les bras, sa tête posée sur votre épaule. Caressez et tapotez son dos.
  • Bébé est couché sur le ventre sur l’avant-bras. Sa tête est maintenue.
  • Bébé est assis sur vos genoux, vous tournant le dos. Vous posez votre main sur son ventre et inclinez légèrement son buste, en tapotant et caressant légèrement.

Il est recommandé d’avoir un linge à portée de main pour protéger vos vêtements des éventuelles régurgitations de lait. Un léger massage et des tapotements sur le dos ainsi qu’un balancement ou un mouvement de va-et-vient le long du dos favorisent l’éructation.

Attention, le rot n’est pas systématique. Il n’est pas non plus nécessaire et ne doit pas être forcé. Cependant il doit toujours rester possible. Cela signifie entre autres que bébé ne doit pas être recouché immédiatement après l’allaitement.

 

Mon enfant a-t-il des coliques ?

Les ballonnements ou les douleurs abdominales qui indisposent et font pleurer continuellement les nouveaux-nés sont connus sous le nom de coliques du nourrisson. Il peut s’agir d’une phase normale entre deux semaines et trois mois, car le système digestif du bébé n’est pas encore complètement formé, d’après les experts. Certaines manifestations peuvent être le fait que bébé replie ses jambes sur Bébé peut replier ses jambes sur son ventre et contracter son dos en pleurant, pour compenser les contractions musculaires douloureuses.

Consultez le cas échéant votre pédiatre ou une sage-femme pour savoir s’il ces douleurs abdominales et/ou ces ballonnements accompagnés de crises de pleurs sont bien des coliques. Ils vous prescriront des gouttes, des suppositoires ou des remèdes homéopathiques, contenant des graines de camomille ou du cumin, contre les gaz stomacaux.

Les positions facilitant le rot peuvent aussi apporter du soulagement en cas de coliques, tout comme le cumin, la camomille ou les infusions de fenouil.

 

Quels remèdes contre les ballonnements ?

Il est essentiel de manger sans précipitation. Savourez votre repas ! Plusieurs petits plats sont préférables à quelques repas copieux. La nourriture doit être facile à digérer. Les légumes cuits à la vapeur et le riz sont particulièrement bien adaptés.

Les aliments gras, en revanche, sont difficiles à digérer et doivent être évités. De plus, il est déconseillé de manger immédiatement avant le coucher, afin que la digestion soit favorisée par l’activité physique. La pratique régulière d’un sport, les exercices de relaxation et un sommeil suffisant aident à réduire le stress et ont des effets positifs sur la digestion.

 

Remèdes maison en cas de ballonnements

La chaleur peut aider à soulager les ballonnements. Un coussin de noyaux de cerises chaud ou une bouillotte sur le ventre favorisent la relaxation et stimulent la circulation sanguine. Cela permet d’atténuer les flatulences et évite l’apparition de nouvelles crampes. Vous pouvez également recourir à des enveloppements chauds de pommes de terre. Cuisez les pommes de terre, écrasez-les grossièrement et enveloppez-les dans un linge de façon à confectionner une compresse que vous placerez sur votre ventre.

Parmi les principaux remèdes à base de plantes médicinales qui aident à soulager les ballonnements et autres maux d’estomac, on retrouve :

  • la camomille ;
  • la menthe poivrée ;
  • la mélisse ;
  • l’anis ;
  • le fenouil ;
  • le cumin ;
  • la réglisse.

 

Ces plantes existent sous forme de produits finis dans différentes préparations.

 

Médicaments contre les ballonnements

Outre les tisanes à base de plantes médicinales, il existe aussi des médicaments à base d’actifs qui aident à réduire la formation de gaz dans l’intestin (par exemple la siméticone ou le diméthicone). Ceux-ci doivent être pris avec de la nourriture dans les cas graves. Si des maux et des crampes d’estomac se surajoutent, on pourra avoir recours à des inhibiteurs d’acidité. Ceux-ci sont particulièrement efficaces en cas de brûlures d’estomac et d’éructations fréquentes.

Il est cependant nécessaire de consulter un médecin avant d’entamer tout traitement médicamenteux régulier.

 

Comment stimuler la digestion

Pour éviter les ballonnements, il est conseillé de manger tranquillement et sans précipitation. Boire un espresso ou faire une promenade digestive  et quelques mouvements après le repas facilite le transit. Des herbes stimulant la digestion peuvent être ajoutées à la nourriture ou prises sous forme d’infusion. Les plus connues sont l’anis, le cumin et le fenouil. Le romarin, la marjolaine, la camomille, la sarriette, le thym et la coriandre ont également un effet positif sur l’activité intestinale. Le gingembre peut être utilisé de diverses manières pour stimuler la digestion et soulager les ballonnements. L’huile de carvi et l’huile de menthe poivrée sont également efficaces contre les ballonnements. Les aliments probiotiques contiennent des micro-organismes qui servent à régénérer la flore intestinale. Cela permet de restaurer l’équilibre du microbiote intestinal et de diminuer les ballonnements.

 

À partir de quand faut-il consulter un médecin ?

Il est nécessaire de consulter un médecin si les ballonnements surviennent de plus en plus fréquemment et persistent pendant plusieurs jours. Il en va de même si les ballonnements s’accompagnent de crampes aiguës ou de diarrhée ou si d’autres symptômes graves apparaissent. En effets, tous les troubles de la digestion ne sont pas imputables à de mauvaises habitudes alimentaires. Ceux-ci peuvent être dus à la prise de certains médicaments, par exemple. Des ballonnements constants ou des crampes d’estomac récurrentes peuvent également être dus à une gastrite ou au syndrome du côlon irritable.

Si vous ne parvenez pas à maîtriser vos problèmes de digestion en adaptant votre alimentation ou que la cause de vos crampes ou de vos ballonnements demeure inconnue, seul le diagnostic d’un spécialiste qualifié pourra vous éclairer. Le spécialiste des maladies du tractus gastro-intestinal est le gastro-entérologue. La gastro-entérologie (gastroscopie ou coloscopie) est la méthode la plus courante permettant d’établir un diagnostic pathologique.