Farmaline Logo

Sollicitation excessive, blessures, inflammation, usure – les facteurs responsables des douleurs articulaires sont multiples. Ces douleurs sont le signe d’un dysfonctionnement. Mais il n’est pas toujours facile de remonter jusqu’à la cause exacte.

Parfois, la cause est évidente : une activité physique insuffisante ou excessive, une chute sur le genou ou sur la hanche se traduisent vite par des douleurs articulaires. En cas de chute, il est essentiel de consulter un médecin. En cas de surmobilisation temporaire (p. ex. le port de charges lourdes), la douleur finit souvent par s’estomper après une période de repos, mais des séances de kinésithérapie ou un massage peuvent s’avérer nécessaires au complet rétablissement de l’articulation et à la disparition de la douleur.

Mais les douleurs articulaires peuvent aussi survenir dans le cadre d’affections graves.

 

Qu’est-ce qu’une douleur articulaire ?

Douleurs au genou, à la hanche, au coude, à l'épaule, aux doigts, aux orteils – le corps humain comprend plus de 300 articulations et chacune d’entre elles peut être douloureuse. Le médecin parle d’arthralgie – étymologiquement : douleur articulaire – et affine le diagnostic.

 

Principales causes : usure et inflammation

Les causes les plus fréquentes de douleurs articulaires sont l’usure et l’inflammation. Dans les deux cas, la couche de cartilage qui entoure les articulations est touchée. Le rétrécissement de cette couche de cartilage entraîne des douleurs, dues au frottement des os les uns contre les autres.

 

Douleurs arthritiques

La polyarthrite rhumatoïde, comme l’indique assez le suffixe « ite », est une maladie inflammatoire affectant les articulations. Elle se traduit entre autres par de la fièvre, mais aussi par des douleurs dans les articulations. Ce sont souvent les articulations des doigts qui sont touchées en premier – plusieurs articulations sont douloureuses en même temps (polyarthrite), sont gonflées, sont souvent raides le matin et ne s’assouplissent qu’au cours de la journée.

Il est important de consulter un médecin sans tarder, afin d’obtenir un diagnostic précis. En effet, en cas de polyarthrite rhumatoïde, chaque jour compte : plus tôt le diagnostic est posé, plus on peut entamer un traitement rapidement – et plus tôt on pourra au moins enrayer l’évolution de la maladie.

On recourra à des antidouleurs et à des anti-inflammatoires (p. ex. des biomédicaments – médicaments produits par génie génétique ou préparations à base de cortisone), mais aussi des remèdes à base de plantes (harpagophyton, huile de poisson) qui aident à lutter contre les douleurs et l’inflammation.

 

Douleurs arthrosiques

L’arthrose désigne la disparition progressive (usure articulaire) de la couche de cartilage dans les articulations. Les genoux, les hanches, les doigts, les épaules et la colonne vertébrale sont souvent touchés. Les causes peuvent être le vieillissement – les personnes de plus de 50 ans sont particulièrement touchées. Une sursollicitation ou une surcharge pondérale peuvent également être à l’origine d’une arthrose.

Les antalgiques (p. ex. sous forme de pommade) et les injections de substances protectrices ou anti-inflammatoires permettent d’atténuer les douleurs. En cas d’arthrose du genou ou de la hanche, une perte de poids soulage littéralement le corps. Plus le poids qui s’exerce sur les articulations est réduit, plus leur travail est facilité. Lorsqu’un traitement conservateur (p. ex. massages, kinésithérapie) ne suffit pas à diminuer la douleur, une articulation artificielle peut y remédier.

 

Avis d’expert :

Des douleurs articulaires peuvent également survenir à la ménopause. La baisse de la production d’œstrogènes s’accompagne d’une diminution de l’élasticité des membranes articulaires qui deviennent plus dures et douloureuses. L’œstrogène aurait également des propriétés anti-inflammatoires.

 

Maladies auto-immunes

« Ce sont mes rhumatismes », disent un peu vite ceux qui sont en proie à des douleurs articulaires au genou ou à la hanche, à chaque nouvel accès. Mais « rhumatisme » n’est pas un terme précis. Les médecins parlent en effet de polyarthrite rhumatoïde ou de maladie rhumatismale. Ces dernières sont multiples et ont ceci de commun que le système immunitaire se retourne contre l’organisme lui-même (maladies auto-immunes). Il s’en prend au cartilage et aux os, les articulations se mettent à gonfler, rougissent et sont douloureuses. Les maladies rhumatismales commencent généralement au niveau des petites articulations (doigts ou orteils). Celles-ci sont raides et douloureuses, dès le matin. La fièvre (jusqu’à 38° C), la fatigue, mais aussi une perte de poids et d’appétit viennent compléter le tableau symptomatique. Ce sont d’abord les gonflements et les rougeurs des articulations qui doivent mettre sur la voie. Il est essentiel de mettre en place précocement un traitement à base d’anti-inflammatoires et d’antidouleurs.

 

Goutte

La goutte est une maladie métabolique due à un taux d’acide urique dans le sang trop élevé. L’organisme régule cet excès en formant des cristaux d'acide urique et en les déposant dans les articulations ou les bourses séreuses entre autres. C’est ce qui cause des douleurs inflammatoires, souvent dans les articulations du gros orteil au début.

L’excès d’acide urique peut être héréditaire, parfois il est dû à une maladie rénale. Cependant, de nombreuses personnes souffrant de la goutte (majoritairement des hommes âgés entre 40 et 60 ans) ont une mauvaise hygiène de vie. Ils mangent mal (excès de viande, de charcuterie, d’alcool), ne font pas assez d’exercice et sont ainsi davantage exposés aux accès de goutte. Ce n'est pas un hasard si de nombreuses crises de goutte surviennent après un dîner copieux avec trop de viande et d’alcool.

 

Infection bactérienne

Les bactéries peuvent également provoquer des infections dans les articulations. Les symptômes sont sévères : douleurs, gonflement, voire fièvre. Les grosses articulations comme la hanche ou l’épaule sont fréquemment touchées. Beaucoup de personnes affectées ont des antécédents comme la goutte ou la polyarthrite rhumatoïde. Dans les cas les plus critiques, un traitement antibiotique permet de combattre les bactéries de manière ciblée.

 

Bursite

Parfois une articulation est douloureuse bien qu’elle ne soit pas du tout affectée. En cas de douleurs au genou, à la hanche, à l’épaule ou au coude, la raison peut être une inflammation de la bourse séreuse (bursite), due à une sollicitation excessive, ou bien à une infection. Mais l’arthrose ou l’arthrite peuvent également provoquer une bursite, car les altérations articulaires comme l’usure ou l’inflammation touchent également les bourses séreuses.

Pour éviter une sollicitation excessive des bourses séreuses (par la pratique d’un sport ou un travail physique pénible), il est préférable de protéger les parties exposées (par exemple, les genoux, les coudes, mais aussi les poignets – un tapis de souris bien rembourré est toujours utile pour contrer ce mal de la vie de bureau).

Si une bourse séreuse s’est enflammée, il suffit bien souvent de mettre au repos l’articulation concernée et de prendre des antalgiques pour atténuer les symptômes les plus aigus. Parfois on recourt à une ponction pour retirer du liquide, voire à l’ablation complète de la bourse affectée.

 

Comment prévenir les douleurs articulaires

Une alimentation saine (p. ex. riche en calcium, qui renforce les os, et aux apports caloriques contrôlés pour éviter le surpoids) et un exercice régulier (adapté à chaque individu) préservent la souplesse articulaire. Lorsque les articulations sont en mouvement, le liquide synovial aussi, ce qui lui permet de protéger le cartilage et donc les os.

Voici d’autres mesures à prendre pour des articulations en bonne santé :

  • Les articulations ne peuvent toujours compenser les effets du surmenage. Si vous vous livrez à des activités physiques éprouvantes ou que vous devez rester dans une posture inconfortable de manière prolongée et porter constamment des charges lourdes, cela finit par endommager vos articulations à la longue. Certains exercices de gymnastique, des pauses régulières et une protection adéquate permettent d'éviter l'usure.
  • Les postures inadaptées (p. ex. les genoux cagneux) accroissent le risque d’usure prématurée des articulations. La gymnastique a un effet préventif.
  • Évitez les disciplines sportives éprouvantes pour les articulations (p. ex. le tennis), si vous remarquez que vos articulations s’en accommodent mal.
  • Évitez l’alcool et la nicotine. L’alcool peut provoquer des crises de goutte, le tabagisme est souvent impliqué dans la survenue de maladie rhumatismales.
  • N’hésitez pas à consulter un médecin en cas de  douleurs articulaires.
  • Renforcez votre appareil musculaire et tendineux en faisant de l’exercice régulièrement. Des muscles et tendons solides protègent les articulations des effets du surmenage.
  • Faites du sport, p. ex. de la natation, du yoga, du vélo, du tai chi – veillez à commencer doucement et augmentez progressivement l’intensité.
  • Concernant l’alimentation : limitez autant que possible votre consommation de produits animaliers (viande, œufs, lait). L'acide arachidonique qu'ils contiennent est pro-inflammatoire. Les acides gras oméga-3 (présents dans les poissons de mer gras, mais aussi dans l'huile de chanvre ou de lin) ont un effet anti-inflammatoire.

 

À partir de quand une consultation médicale s’impose-t-elle ?

Parfois, il ne s’agit que d’un exercice inhabituel ou d’un entraînement trop intense. Lorsque vous connaissez la cause exacte de vos douleurs articulaires et que celles-ci s’apaisent après un peu de repos, il n’est pas nécessaire de consulter un médecin. Mais certains symptômes nécessitent un avis médical :

  • l’articulation est rougie ;
  • l’articulation est enflée ;
  • l’articulation est raide ;
  • vous avez de la fièvre.

 

Seul un médecin sera en mesure de dire ce que cachent ces symptômes et d’initier une thérapie appropriée.