Farmaline Logo

Choisissez votre langue

Laueréat Webshop Awards Belgium 2019-2020 dans la catégorie Santé & Bien-Être

Ou utilisez notre formulaire de contact pour des conseils personnels.

Livraison en Belgique

  • Levering aan huis - Gratis vanaf 39 €
    Livraison gratuite à partir de 39 € à domicile ou au bureau avec bpost ou DPD.
  • Levering via een afhaalpunt - Gratis vanaf 39 €
    Livraison gratuite à partir de 39 € dans plus de 3.000 points relais.

Allergie au soleil


L’allergie au soleil, c’est quoi ?

Le soleil est souvent associé à tout ce qui est beau et positif. Ses rayons nous rendent heureux, renforcent le système immunitaire et garantissent un beau bronzage. Toutefois, ils peuvent parfois malmener la peau, comme c’est le cas lors d’une allergie au soleil.  

Les allergies au soleil ou à la lumière se déclenchent généralement au printemps, lorsque la peau doit se réhabituer au soleil et que l’indice UV remonte progressivement. On parle aussi de photodermatose, terme médical fréquemment employé pour désigner tout un tas de maladies cutanées provoquées par une exposition au soleil.

L’allergie au soleil n’est pas à proprement parler une véritable allergie. Elle désigne uniquement des réactions photoallergiques (« photoallergies ») et regroupe en outre différentes formes d’affections dont les plus courantes sont l’éruption polymorphe à la lumière (EPL) et les réactions phototoxiques. 

 

Qu’est-ce qu’une éruption polymorphe à la lumière (EPL) ?

L’EPL, également appelée « lucite polymorphe », se traduit par des démangeaisons et des petits boutons rouges, parfois accompagnés de cloques, qui apparaissent généralement sur la peau quelques jours après l’exposition de certaines parties du corps (visage, décolleté, dos des mains, avant-bras et bas des jambes) au soleil. Elle touche davantage les jeunes femmes à la peau claire. En général, l’EPL se manifeste lors des premières journées ensoleillées de printemps, quand la peau n’est pas encore habituée au soleil. 

Dans des cas plus rares, les réactions cutanées sont plus graves et chroniques, et peuvent affecter des parties du corps qui n’ont pas été exposées au soleil. Il est alors question de dermatose légère polymorphe (DLP).

 

EPL : qui y est sujet ?

L’EPL est une allergie de plus en plus répandue : près de 20 % de la population y serait sujette. Ce sont surtout les femmes âgées entre 20 et 30 ans et à la peau claire qui souffrent de cette hypersensibilité, en particulier lorsque leur peau n’a plus été exposée au soleil pendant des mois et qu’elle n’est donc plus habituée aux rayons du soleil. L’allergie apparaît souvent lors des premiers bains de soleil au printemps ou lors de vacances au soleil en hiver. La cause précise de l’EPL n’a pas encore été clairement établie, mais selon des scientifiques, il s’agit d’une réaction immunologique à l’exposition solaire, déclenchée par les rayons UVA. Les radicaux libres, libérés après s’être exposé au soleil, pourraient également jouer un rôle.

 

Qu’est-ce qu’une réaction phototoxique ?

Une réaction phototoxique (ou phototoxicité) est le résultat d’une interaction entre certains médicaments (à usage interne ou externe) ou substances présentes dans des cosmétiques (surtout des arômes) et l’exposition aux rayons UV. Elle se caractérise par une sorte de gros coup de soleil particulièrement vif (peau rouge et brûlée) qui apparaît presque immédiatement, sur les zones de peau exposées au soleil uniquement.

Parmi les substances à l’origine de ce type de réactions, on compte notamment certains antibiotiques, les analgésiques, les médicaments contre l’acné, les diurétiques, les antidépresseurs, les compléments à base de millepertuis, mais aussi les huiles essentielles, les arômes et même certaines fleurs et plantes. Mais alors, c’est quoi une « vraie » allergie au soleil ? Nettement moins courante qu’une réaction phototoxique, une allergie au soleil se traduit par une réaction eczémateuse marquée par des petits boutons rouges et des cloques qui démangent. Les symptômes ne se limitent pas aux zones de peau exposées et n’apparaissent que quelques jours après l’exposition au soleil. Ce type de réaction survient notamment après que la peau a été en contact avec une substance allergène, puis exposée au soleil. Ce sont souvent des composés contenus dans des cosmétiques ou médicaments à usage externe qui en sont à l’origine. Comme il s’agit d’une réelle allergie, elle apparaît à chaque fois que la peau entre en contact avec la substance allergène.

 

Coup de soleil, EPL, réaction phototoxique, allergie au soleil : comment les distinguer ?

Un coup de soleil touche toutes les zones de peau exposées, qui sont alors rouges et brûlées. Il apparaît déjà pendant le bain de soleil ou juste après, et la peau brûlée démange, est tendue et douloureuse. Après quelques jours, elle se mettra à peler.

En cas d’EPL, les symptômes ne surviennent que quelques heures, voire quelques jours après l’exposition au soleil et persistent souvent plusieurs jours. Des rougeurs, des cloques et des gonflements ainsi que des petits boutons qui démangent fortement apparaissent au niveau du décolleté, du visage, du cou, des épaules, des jambes et des avants-bras.

Lors d’une réaction phototoxique, un gros coup de soleil, anormalement rouge et vif, apparaît sur les parties du corps exposées au soleil et ce, quelques heures seulement après l’exposition et malgré des mesures préventives (comme une protection solair adéquate). Les zones du corps affectées peuvent présenter une teinte plus foncée des mois après la disparition des symptômes.

Une allergie au soleil à proprement parler se caractérise par l’apparition, quelques jours après l’exposition, de lésions eczémateuses qui démangent et ne se limitent pas aux zones de peau exposées au soleil. 

Les réactions phototoxiques tout comme l’allergie au soleil surviennent lorsque la peau est exposée aux rayons du soleil après avoir été en contact avec une substance allergène.

 

Que faire en cas d’allergie au soleil ?

Dans tous les cas, il est primordial de se mettre à l’abri du soleil et de refroidir la peau avec un essuie humide.

Si vous n’observez aucune amélioration après quelques jours, demandez conseil à un dermatologue, qui pourra vous prescrire des crèmes ou médicaments adaptés, souvent à base de corticostéroïdes. La prescription d’antihistaminiques est également possible.

 

Et les enfants dans tout ça ?

Consultez un dermatologue ou un pédiatre aussi vite que possible selon la gravité des symptômes. La première chose à faire est de refroidir doucement la peau de l’enfant et de n’y appliquer que des produits bien tolérés.

Dans tous les cas, veillez à ce que votre enfant reste le moins possible au soleil, porte toujours un couvre-chef et des vêtements anti-UV, et boive suffisamment. Assurez-vous également de l’enduire d’une crème solaire avec un indice de protection élevé.

 

Comment éviter une allergie au soleil ?

Quelques mesures de précaution s’imposent si vous savez que votre peau est sensible au soleil.

 

Habituez progressivement votre peau aux rayons du soleil

La déception est souvent grande pour les vacanciers qui s’envolent en hiver vers une destination ensoleillée et qui se dorent la pilule dès leur arrivée. En effet, comme la peau n’est plus habituée aux rayons du soleil, elle réagit par une éruption polymorphe à la lumière (EPL). Exposer progressivement sa peau au soleil permet de réduire les risques. Veillez à passer plus de temps à l’ombre, surtout au début, et évitez un maximum la lumière directe du soleil. On croit souvent qu’une séance de banc solaire permet de préparer la peau… C’est faux ! La plupart des bancs solaires utilisent uniquement des rayons UVB. Or, pour préparer la peau au soleil, il faut des rayons UVA.

 

Utilisez une crème solaire adaptée

Cette mesure, qui s’applique à toute personne lambda, vaut d’autant plus pour les personnes sujettes aux allergies solaires : ne sortez jamais sans vous enduire de crème solaire. En cas d’allergie au soleil, il est préconisé de privilégier des produits composés d’ingrédients sûrs, car toutes les crèmes ne sont pas tolérées par la peau.

  • Veillez à ce que l’indice de protection solaire soit suffisamment élevé (SPF 3 minimum).
  • Assurez-vous que le produit protège aussi bien des rayons UVB que des rayons UVA.
  • Choisissez des produits sans parfum, ni conservateurs.
  • Optez pour une crème solaire minérale si vous ne supportez pas les filtres chimiques.
  • duisez-vous de crème en abondance, environ 30 minutes avant de vous exposer. Reproduisez ce geste régulièrement, surtout après avoir piqué une tête dans l’eau, et ce, quelle que soit la crème solaire que vous utilisez. 

Astuces en cas d’allergie au soleil

  • Pour se protéger du soleil, mieux vaut couvrir les parties du corps plus sensibles avec un t-shirt ou un couvre-chef. Emportez également un parasol pour vous assurer un coin d’ombre.
  • Ne vous exposez pas au soleil l’après-midi. Il est préférable de rester à l’intérieur ou à l’ombre entre 11 h et 15 h. Évitez aussi de faire du sport l’après-midi et décalez votre entraînement en matinée ou en soirée.
  • Vérifiez votre trousse à pharmacie. Certains médicaments, comme les antibiotiques, les analgésiques, les médicaments contre l’acné, les diurétiques, les antidépresseurs et les compléments alimentaires à base de millepertuis, rendent la peau plus sensible au soleil. Lisez attentivement la notice et renseignez-vous sur les effets secondaires auprès de votre médecin.
  • N’utilisez pas de produits contenant du parfum ou des agents conservateurs si vous vous exposez au soleil de manière prolongée.

 

Comment éviter une allergie au soleil ?

On conseille de plus en plus des compléments alimentaires contenant du bêta-carotène ou certaines vitamines. Ils aident à augmenter la résistance des peaux sensibles aux rayons nocifs du soleil. Si vous décidez de prendre des compléments alimentaires, commencez à vous supplémenter quelques semaines à l’avance et demandez toujours l’avis d’un dermatologue.

Si vous êtes sujet à une forme grave d’allergie solaire, veillez à préparer votre peau par de la photothérapie sous contrôle médical (« puvathérapie »). À la différence des bancs solaires, cette méthode utilise également les rayons UVA. Il est recommandé d’entamer ce type de traitement quatre à six semaines avant l’exposition au soleil.